Revenir au site

N'oublions pas l'autre face de l'histoire, l'envers du tableau !

La psychogenèse du sujet, seule garante de la durabilité d'une thérapie

· psychogénétique,psychogénéalogie,transgénérationnel,psychothérapie,psychanalyse

Une thérapie basée sur les apparences, sans psychogenèse du sujet, engendre une dette qui pèse sur l'avenir et sur les prochaines générations.

Il est bien connu l'argument des psychanalystes qui expliquent que les résultats thérapeutiques sont des bénéfices secondaires à la cure analytique, fruit d'une véritable maturation et d'une meilleure connaissance de soi. Certes, en théorie ils ont raison, de cette raison dont la majorité ne veux rien entendre.

Pour mieux défendre les enjeux fondamentaux qui se jouent ici, ne faudrait-il pas aujourd'hui revaloriser l'importance du sujet et de sa psychogenèse, seul garant de la durabilité d'une thérapie?

Les analyses transgénérationnelles permettent de renouer avec les racines profondes du sujet, au-delà de toutes ses alinéations, personnelles, familiales et culturelles qui l'empêchent d'advenir. En voici le développement:

A paraître, en mars 2021 !
Thérapie transgénérationnelle et psychogenèse du sujet

Plus d'informations

Qu'est-ce que la psychogenèse du sujet ?

Retrouvez la définition de la psychogenèse du sujet dans cet extrait du livre

Lien vers l'éditeur
Lien vers l'éditeur

Ne ratez pas la sortie officielle de ce livre et inscrivez-vous à mon blog (ici bas) ou à la newsletter de Genesis Editions, www.genesis-editions.com

L'histoire d'un portrait qui cumule les dettes morales et spirituelles de Dorian Gray !

« Quel dommage ! Je deviendrai vieux, affreux, horrible. Mais ce portrait restera toujours jeune. Il ne sera jamais plus âgé qu’en ce jour de juin… Si ce pouvait être le contraire ! Si je demeurais toujours jeune et que le portrait vieillisse à ma place ! Je donnerais tout, tout pour qu’il en soit ainsi. […] Je donnerais mon âme ! »

De ces prémices, l’intrigue prend un tournant à la fois psychologique et surnaturel. Le vœu de Dorian sera effectivement exaucé : le tableau vieillira à sa place, tandis qu’il conservera une jeunesse intacte pendant les 18 années que dure le récit. À 38 ans, en effet, Dorian Gray conserve exactement les mêmes traits magnifiques qu’à 20 ans. Le tableau, en revanche, est devenu méconnaissable. C’est qu’il ne s’est pas contenté de vieillir : sur le portrait s’est imprimée l’âme même de son modèle.

Plus Dorian s’écarte de l’innocence et de la perfection que dégage son visage, plus le visage du portrait devient disgracieux.

Il s’en aperçoit après avoir brutalement rompu avec une jeune actrice pour des motifs futiles : « Dans le faible jour qui filtrait péniblement à travers les stores de soie crème, le visage lui apparut légèrement différent. Son expression avait changé. La bouche semblait refléter maintenant une certaine cruauté. […] Dorian Gray eut la sensation de se revoir dans un miroir après un crime. » Cette première transformation, « cette bouche qui devenait cruelle », le pousse à s’interroger sur son propre comportement à l’égard de la malheureuse éconduite : « Avait-il été cruel ? […] Ce portrait détenait le secret de sa vie, et racontait son histoire. » Mais rapidement, il comprend qu’il peut tirer avantage de cette situation : « Ce portrait serait pour lui le plus magique des miroirs. Il lui devait la révélation de sa beauté. Il lui devrait également la révélation de son âme. […] Qu’importait ce qu’il pouvait advenir de la figure peinte sur la toile ? Dorian serait épargné. »

Ainsi, Dorian Gray et son portrait commencent progressivement à se dissocier l’un de l’autre. Chaque méfait, chaque manifestation d’un vice de la part du jeune homme accentuent le contraste. Si les vrais miroirs produisent une inversion de latéralité, le portrait de Dorian Gray produit une inversion de moralité."

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK