Psychogénéalogie, la thérapie par les racines

Nouvel article sur le transgénérationnel dans le journal “libération” d’aujourd’hui, avec une petite contribution personnelle (21.04.2021).

Votre titre va ici

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

  • Psychogénéalogie, la thérapie par les racines

    Nouvel article sur le transgénérationnel dans le journal “libération” d’aujourd’hui, avec une petite contribution personnelle.

    21.04.2021

    Regarder l'émission

    Petite apparition à la RTS

    La mémoire de nos ancêtres : l’accueillir ou s’en affranchir ?

    “Faut pas croire”, une émission de la RTS, présentatrice Linn Levy: “Nous sommes nombreux à être hantés par le poids d’un passé familial ou historique non résolu… Que l’on soit survivant de génocide ou héritier d’un secret de famille, les traumas du passé survivent souvent en nous. Sommes-nous des êtres libres ou le passé de nos ancêtres nous détermine-t-il ? Linn Levy reçoit la généticienne Ariane Giacobino et le psychanalyste François Ansermet.”

    Secrets de famille, faut-il tout dire ?

    Article paru dans le numéro de février 2021 de la revue suisse romande Recto-verseau.

    Extraits:

    Les secrets ne sont pas sans conséquences. Ils ont cette mauvaise réputation de pourrir la vie de famille, de museler la communication, d’engendrer toutes sortes de malentendus, de peser sur le destin des enfants et sur la vie amoureuse des parents. Faudrait-il pour autant tout dire ? Se libérer du poids d’une culpabilité en avouant une vérité cachée ? Risquer l’opprobre en parlant d’événements qui remonteraient loin dans le passé ?
    A mon avis la question est mal posée. Il ne s’agit ni de tout dire ni de ne rien dire, mais plutôt d’apprendre à transmettre les histoires de vie sans les modifier, au plus proche de ce qui « est ». Cela implique qu’avant même de vouloir régler un problème il s’agirait d’abord de mieux comprendre sa nature, ses origines conscientes et inconscientes, pour progressivement arriver à en parler et transmettre une expérience de vie de manière constructive pour tous.

    Recommandation de lecture

    A propos de la métamorphose d’Œdipe en héros de Colone,
    Un modèle de thérapie transgénérationnelle.

    Par le Professeur Claude Tapia, paru dans le « Journal des psychologues », (N° 381) p.80, octobre 2020.

  • Lire l'article

    Intégrer ses racines familiales pour mieux comprendre.

    Entreprise Romande (2020)

    “J’ai eu des clients qui sont remonté dans l’histoire de leurs aïeux sur plus de six générations !”

    Lire l'article

    Petit interview pour le journal:

    LA CÔTE (8.2019)

    Renouer avec ses ancêtres pour son bien-être.

    “Quelle est la meilleur façon de transmettre son histoire à ses descendants? Rien n’a plus de valeur que l’histoire transmise en conscience et en parole. Elle devient alors un enseignement et non plus une charge.”

    Vers l'article

    Long interview (13 pages) paru dans le magazine

    QUANTUEXPÉRIENCE (7.2019)

    Intégrer ses héritages transgénérationnels

    “Qu’est ce que la psychologie des profondeurs ? Avant que Freud n’utilise le terme de psychanalyse pour définir sa propre démarche, Bleuler parlait d’une « psychologie des profondeurs » en référence à toutes les approches qui tenaient compte de l’inconscient, notamment celles développées par Pierre Janet, William James, Sigmund Freud et Carl Gustave Jung, Alfred Adler. La psychologie des profondeurs est antérieure à ces différentes écoles, dont le point commun reste l’analyse de l’inconscient. Elle fait référence aux commencements des études sur l’inconscient, avant que des écoles spécifiques ne se développent, avec leurs dogmes et leurs querelles, avant leurs politisations, je devrais presque dire, avant leurs névrotisations.”

    Vers l'article

    Interview paru dans le magazine

    NÉO-SANTÉ (1.2019)

    Ce n’est pas parce que certaines racines sont malades qu’il faut couper tout l’arbre

    Alors que les approches transgénérationnelles proposent souvent de se “libérer” des héritages de nos ancêtres, Thierry Gaillard nous invite à choisir la voie de L’intégration transgénérationnelle – titre de son ouvrage. Les héritages transgénérationnels proviennent d’un manque d’intégration de vécus conflictuels, des traumatismes, des ravages des guerres, des secrets (de filiation notamment) ou encore de deuils non faits.

    Lire l'article

    Interview paru dans le magazine

    SANTÉ NATURELLE (1.2019)

    “Nous naissons dans un contexte qui a déjà une histoire, laquelle s’inscrit dans un lieu et dans une société qui a elle aussi son histoire propre. Comme une nouvelle feuille qui pousse sur une branche, nous sommes liés à elle, a son tronc, à ses racines.”

    “Ce qui n’est pas dit à la première génération, devient impensable pour la seconde génération. Par exemple lorsqu’un membre de la famille se suicide et que personne n’en parle, les mots sont occultés, bannis du vocabulaire des descendants. Ils n’auront pas les mots pour penser à ce qui pourrait faire écho (et donc rappeler) cet événement tragique. Sans même s’en rendre compte, ils n’en parleront pas parce qu’ils ne peuvent pas même y penser. Cette lacune symbolique se transmet, par défaut de langage. Une situation qui peut dégénérer à la troisième génération. En effet, l’histoire non intégrée, ce deuil non fait, peut amener un descendant à passer à l’acte, comme pour rejouer un scénario resté en suspens. Françoise Dolto expliquait qu’il fallait trois générations pour « construire » des symptômes psychotiques.”

    Lire l'article

    Petite interview pour la

    LA TRIBUNE DE GENÈVE (12.2018)

    dans le cadre d’un dossier sur les secrets de famille

    “Il faut préserver la confiance entre parents et enfants: “si ces relations sont biaisées par un secret, plus tard, l’enfant risque de faire aveuglement confiance à des personnes qui l’induisent en erreur (ou lui cachent des choses) et, au contraire, se méfier des personnes en qui il devrait avoir confiance. Les secrets peuvent tuer l’intuition des enfants, le sens de ce qui est juste et vrai”.

    Lire l'article

    Interview paru dans le journal

    LE TEMPS (11.2018)

    “Pour en finir avec les traumas du passé”

    “La cause de vos tourments peut être liée à des épisodes vécus par vos aïeux et transmis à la postérité car restés secrets ou, en tous cas, non digérés.”

    “Ce que tu as hérité de tes aïeux, acquiers-le pour le posséder” Goethe

    Lire l'article

    Que cherchons-nous (thème de réflexion pour la 300 ème de)

    RECTO-VERSEAU (10.2018)

    “Les anciens sages en effet m’ont soufflé la réponse : « C’est dans la question que se trouve la réponse ! ». Pour savoir ce qu’il cherche, découvrons déjà qui est le chercheur ! À ceux qui l’interrogent, Héraclite explique : « Je me suis cherché moi-même », et l’on se rappelle la fameuse maxime gravée sur le fronton du temple de Delphes : « connais-toi toi-même et tu connaîtras les dieux et l’univers. »

    Lire l'article

    Petite interview pour le

    BULLETIN DE L’INSTITUT COURBET (no. 119, décembre 2017, pp. 69-71) à propos de mon article: Gustave Courbet, entre ombre et lumière, paru dans Le transgénérationnel pour mieux comprendre, tome 2, 2020.

    “Mes recherches ont surtout montré que Courbet s’est retrouvé, malgré lui, dans un rôle de réparateur des malheurs de sa famille. En effet, l’examen de son arbre généalogique révèle quelque chose d’étonnant : la mort prématurée de trois fils héritiers avant la naissance de Gustave. Lui-même aura hérité du poids de ces deuils (non faits). Tant qu’il endosse cette charge transgénérationnelle, il reste lui-même prisonnier d’une matrice qui l’empêche d’advenir (ou de naître en tant que sujet). Un conflit inconscient qui s’est rejoué dans ses rapports houleux avec les autorités, mais qu’il transcendait avec sa peinture. C’est aussi cela qui motivait son besoin de reconnaissance, impossible à satisfaire pleinement…”

    Lire l'article

    Interview de Marc-André Coton

    PEPS (5.2016)

    L’autre Oedipe: vers une intégration de nos héritages transgénérationnels

    “Avec Œdipe, Freud pensait avoir trouvé une sorte de principe universel – à même de soulager le complexe des chercheurs en sciences humaines face aux sciences dites exactes, de la physique ou des mathématiques. Il s’est imaginé que chacun était habité par des pulsions d’amour envers sa mère et de rivalité ou de haine envers son père. Non seulement cela ne tient pas la route, mais c’est surtout une vision qui simplifie et réduit ce qui se joue dans les liens de filiation. Car ce qui lie pathologiquement l’enfant à ses parents, ce sont ses aliénations transgénérationnelles, ces histoires non terminées qui se transmettent sur plusieurs générations. Avec l’Œdipe freudien, la psychanalyse est restée interdite au seuil d’une aventure vers le véritable sens du mythe d’Œdipe, plus proche des sagesses traditionnelles de l’époque de Sophocle, et bien plus intéressante.”

    Lire l'article

    Interview de Carine Anselme pour le magazine:

    NÉO-SANTÉ (1.2016)

    “Le mythe met en scène des réalités de l’âme.”

    “Quelle est votre lecture, alors, du mythe d’Œdipe ? Lorsqu’Œdipe découvre qui sont ses véritables parents, il se découvre lui-même, et c’est cela le plus important. La crise qu’il traverse est surtout une catharsis thérapeutique. Cette traversée est une véritable initiation.[…] Ce passage symbolique par la Terre-Mère illustre sa renaissance ; le passage de l’enfant à l’adulte. Jusqu’ici, Œdipe n’était que l’ombre de lui-même, un roi qui s’ignorait et qui avait conduit son royaume à sa perte (peste à Thèbes). Un tel processus est courant dans les récits et mythes des cultures traditionnelles. Et c’est ainsi qu’Œdipe, à nouveau en grâce avec les dieux, deviendra le héros garant de la prospérité de Colone. On est à mille lieues des interprétations patriarcales qui ont traumatisé plusieurs générations de psychanalystes (et leurs analysants).”

    Lire l'article

    Interview de Fanny Inesta pour le journal:

    LA MARSEILLAISE (2013)

    Entretien avec Thierry Gaillard, invité de marque du Salon National du Livre Libre qui se tient ce week-end.

    “Entre l’héritage et l’alternative”

    “Comment êtes-vous arrivé à l’écriture ? Il est arrivé un moment ou je ne pouvais plus me dérober. Il fallait coucher tout cela sur papier, même si je n’ai aucune prétention littéraire.”

    Lire l'article

    Interview pour le journal:

    PSYCHOSCOPE (12. 2009)

    Trois questions à …

    “Pour quelles raisons avez-vous choisi de traiter du mythe d’Oedipe ? J’ai eu un déclic en comprennant que l’inceste entre Oedipe et Jocaste était une métaphore d’un type de rapport au corporel, dans l’ici et maintenant, en lien avec la Mère-Terre.”

    Lire l'article

    Mini portrait pour le journal:

    LE RÉGIONAL Vevey-Montreux (2008)

    Jardin secret.

    “Lorsque l’on voit bien une situation, l’action s’impose spontanément.”

    Lire l'article

    Interview pour le journal:

    COOPÉRATION (2003)

    Paroles d’expert …

    “Le besoin de trouver un sens à sa vie est-il plus présent aujourd’hui qu’autrefois ? A mon avis ce besoin a toujours exsité parce qu’il appartient à la nature profonde de l’être humain. Il permet d’humaniser le monde. Mieux comprendre son rapport au monde et le réécrire, c’est ce que les hommes de tout temps ont cherché à faire.”

    Lire l'article

    Interview pour le journal:

    COOPÉRATION (2000)

    Economie et psychisme.

    “Aussi étonnant que cela paraîsse pour un sujet si important,c’est la prestation la plus économique qui attire toujours beaucoup de monde. En effet, un psychiatre se fait rembourser par les assurances maladie et cela pour un montant supérieur au pratiques indépendantes. Cette situation entraîne en toute logique le préjugé tenace réduisant les diverses pratiques “psy” à la psychiatrie.”

Share This